Les " Alpagas de Bourbouton". Élevage, vente, saillies d'Alpagas Les " Alpagas de Bourbouton". Élevage, vente, saillies d'Alpagas
 

 



Tondu une fois par an en mai, La Laine  est surtout utilisée pour fabriquer des vêtements, des foulards, des mitaines, et des pelotes.

:: Vente sur place de laine d’alpagas, ainsi que de l’artisanat


La laine d’alpagas est une laine rare, reconnue pour sa qualité, sa douceur et sa finesse. De la même gamme que La Soie, Le cashmere L’Angora ou le mohair

Bien que la fibre de l’alpaga ne soit pas à proprement parler de la laine, nous emploierons Néanmoins, ce terme d’un usage courant en France, pour éviter dans le texte la répétition incessante du mot " fibre "

La laine du suri s’organise différemment de celle du huacaya.

Les suris n’ont pas de crimp, mais leurs fibres s’enroulent sur elles même et se forment en  petites cordes indépendantes les unes des autres.

Ces mèches sont particulièrement soyeuses et lustrées.

A part ces points particuliers, l’on recherche les mêmes caractéristiques que chez les huacayas, à savoir, finesse, densité, uniformité, etc...







Les " Alpagas de Bourbouton". Élevage, vente, saillies d'Alpagas

-------------------------------------------------------------------------------
Les qualités recherchées pour les toisons des huacayas sont :
-------------------------------------------------------------------------------

- LA FINESSE - Elle peut s’apprécier, avec l’habitude, au toucher complété par la vue. On peut aussi la déterminer par l’analyse en laboratoire. Le résultat sera alors exprimé en microns (µ).
Cette analyse est alors effectuée par un scanner laser qui détermine le micronage tout au long des  fibres. Ce test a plus d’acuité car il donne le diamètre moyen d’une fibre sur  toute sa longueur et non plus seulement sur son point de section.
Il est difficile de comparer les chiffres entre des résultats obtenus par des méthodes différentes.
Le micronage, chez les alpagas, peut varier de 15µ à 40µ ou plus, suivant leur degré de sélection.

- LA DENSITÉ - Elle est appréciée par la résistance de la toison à une pression exercée par la main. Elle peut également être mesurée par une analyse du nombre de follicules pileux au cm2 de peau. Une toison ayant un micronage élevé peut donner faussement l’impression d’être dense, et réciproquement.
Il faut donc de l’habitude pour apprécier la densité à la main.

- LA DOUCEUR - Elle est appréciée par le toucher. Elle est aussi mise en évidence sur le papier par les chiffres fournis par l’analyse. En effet, elle est en relation avec la finesse accompagnée d’un S.D. bas. (standard déviation). Le SD exprime (en µ) l’écart entre le micronage moyen de l’échantillon de laine et les fibres plus grosses et plus fines que cette moyenne.
- l’uniformité. La toison doit être la plus uniforme possible dans sa finesse, sa couleur, sa densité, son crimp, etc. ... Elle s’apprécie à l’œil et à la main sur les différents points du "manteau"

- LE LUSTRE - C’est la brillance de la fibre, qui se détermine en ouvrant la toison, et en regardant la laine près de la peau.

- LA LONGUEUR DES FIBRES - L’on mesure en cm la longueur des fibres ou des mèches.  La vitesse de pousse est en moyenne de 0,7 cm par mois.  La longueur de la laine plus sa densité déterminent le poids de la toison.

- LE CRIMP - C’est l’ondulation naturelle de chaque fibre. On l’apprécie à l’œil dans sa fréquence, son amplitude et la régularité de ses ondulations. La densité, c’est à dire la grande proximité de chaque fibre, quand elle est accompagnée de la régularité et de l’alignement des ondulations, produit une cohérence des  fibres entre elles qui s’organisent alors en mèches.
L’analyse permet de mesurer le degré de « curvature » qui est la mesure de la fréquence et de l’amplitude du crimp. On recherche une  fréquence et une amplitude élevées (en  général, à 40°, 50° pour les meilleurs, pouvant descendre jusqu’à 25° pour les animaux qui ne sont pas issus de lignés sélectionnées).
Un degré de curvature élevé est en relation avec un faible micronage. Ces deux qualités sont recherchées pour le travail de la laine. Le crimp donne de l’élasticité au fil et la finesse permet à un diamètre  donné de fil de contenir beaucoup plus de fibres.
Le fil est alors plus solide et plus souple.

- L'ABSENCE DE MÉDULATION - C’est l’absence ou la faible quantité de parties creuses à l’intérieur de la fibre. La fibre est alors plus solide. Elle peut s’apprécier  en étirant une mèche de laine contre son oreille. Plus les crépitements produits par la rupture des fibres sont  fréquent, plus les fibres sont creuse



Conception & Réalisation GFCOM © - 2010/2012